Epiphanie du Seigneur

Isaïe 60, 1-6 Ephésiens 3, 2-6 Matthieu 2, 1-12

 

« Debout, Jérusalem ! Resplendis : elle est venue ta lumière, et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi. ». L’Eglise lance un immense appel à la joie, joie qui la traverse et qui appelle tous les hommes au salut. Regarde ! Debout ! Resplendis ! Elle est là ta lumière, la gloire du Seigneur.

La gloire du Seigneur resplendit sur Israël et va resplendir dans le Christ. C’est vraiment une splendeur que de regarder l’annonce d’Isaïe : la lumière est la puissance de la présence de Dieu et la profondeur de sa vérité en nous. Toutes les nations sont appelées au salut. Toutes les nations sont appelées à rencontrer, avec Israël, le Christ. C’est vraiment une lumière.

Je voudrais que vous sentiez la nouveauté de cette lumière. C’est la nouveauté de l’amour qui vient du Père. St Paul nous le clame : « Vous avez appris en quoi consiste la grâce que Dieu m’a donné pour vous : par révélation, il m’a fait connaître le mystère du Christ ». Connaître le mystère du Christ : il n’y a pas de chose plus grande que celle-là. ! Connaître le mystère du Christ, c’est connaître ce qui était caché aux générations passées et qui est le mystère du Père : « Ce mystère, c’est que les païens sont associés au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’Evangile. »

Nous sommes au cœur de cette joie et nous devons nous réjouir que Dieu se penche sur nous, que Dieu vienne vers nous pour nous transformer. La joie messianique est la joie même de Dieu, celle qui crie de l’intérieur de notre être que le Seigneur est le Seigneur, qu’il est là nous invitant à appeler tous les hommes au salut.

Nous sommes des païens convertis que le Seigneur veut transfigurer dans sa lumière et dans la vérité de l’Esprit Saint. C’est dans l’Esprit Saint que tout nous est donné. Mais pour cela, la lumière doit éclater dans nos vies, elle doit nous transpercer pour arriver au plus profond de nous-mêmes et nous ouvrir au mystère du salut.

Regarder ce qui se passe avec Hérode : le Christ est engagé dans le mystère qui se révèlera tout au long de sa vie terrestre. Hérode ordonne aux mages de découvrir l’endroit où est né Jésus. « En entrant dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère : et, tombèrent à genoux se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe ». Nous aussi, nous avons nos présents à offrir au Seigneur ou plutôt nous avons à offrir à Dieu tout ce que nous sommes, absolument tout et offrir essentiellement notre foi, notre espérance et notre charité.

L’Epiphanie est la grâce de la recréation dans la lumière ; celle-ci nous illumine et fait de nous des êtres nouveaux. « Ensuite avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leurs pays par un notre chemin », ceci pour ne pas entraver la révélation du mystère à annoncer.

Sommes-nous prêt à entrer dans ce mystère de lumière et de paix, de lumière et de joie, pour être associés à la splendeur du mystère de Dieu ? Notre cœur doit chanter aujourd’hui comme il n’a jamais chanter ce don de joie et de paix ; nous ne remercierons jamais assez le Seigneur pour le don qu’il nous fait en nous donnant son fils. Nous sommes des pauvres. Les mages sont des pauvres. Ils apportent leurs richesses dans leur pauvreté. A genoux, ils offrent l’or, l’encens et la myrrhe, ils offrent la foi, l’espérance et la charité, c'est-à-dire la réalité même du Seigneur qui nous ouvre au Père. Je vous le répète : le Seigneur ouvre les voies et tous les hommes viendront. Israël sait qu’elle sera radieuse et que tout se lèvera en elle. Et le Seigneur nous rappelle que nous sommes ses enfants : cela il faut le proclamer avec la simplicité de l’enfance. Le mystère du Christ, est, si je puis m’exprimer ainsi, le mystère le plus solide qui soit, celui qui a le plus de poids, celui qui a plus de densité humaine et spirituelle. Nous n’avons pas à avoir peur : en se faisant connaître par révélation, le Seigneur nous guide.

Laisser de côté tout vos soucis. Laisser de côté tout ce qui vous empêche de rencontrer Dieu et il viendra à vous avec toute sa tendresse, tout son amour, toute sa paix. Le Seigneur est grand. Le Seigneur est merveilleux. Et nous savons que l’appel du Seigneur au salut vaut pour chacun d’entre nous.

Nous avons à entrer dans un courant, de lumière, un courant qui ne se voit pas avec les yeux de la chair mais qui transparaît dans la lumière de Dieu. Nous avons à demander de croire davantage à son action. « Il l’a révélé par l’Esprit à ses saints Apôtres et à ses prophètes ». Ce qui est merveilleux, c’est d’être associé à ce que Dieu veut : présents dans son attente et introduits dans sa lumière.

Dans l’eucharistie, nous allons chanter au plus profond de notre cœur cette lumière qui vient ; elle n’est pas un sentiment de notre part ou une réalité sans consistance, elle est la joie même de Dieu. Nous devons nous laisser prendre par la joie de Dieu. Ce ne sont pas des mots mais bien la vérité. Il faut que cette vérité pénètre en nous et nous transforme. Nous sommes des êtres pris par la nouveauté du Christ et sûrs comme jamais de la Parole de Dieu et notre influence dans nos vies. Nous prierons les uns pour les autres et nous demanderons d’entrer dans cette vérité qui est l’amour du Père, cette vérité à laquelle nulle autre n’est comparable. C’est la splendeur de Dieu habitant le fond de notre cœur qu’il s’agit de dévoiler.

Que le Seigneur nous donne la joie d’être tout donnés, tout livrés au Père. Que cette joie nous mène là où le Seigneur le veut. Ouvrez vos coffrets, offrez vos présents : le Seigneur attend notre amour. Dieu est Dieu. Dieu est lumière. Dieu est amour. Dieu est vérité. Il n’y a rien de plus fort. A nous de croire et à nous de nous engager dans cette transformation que le Seigneur fait dans l’Esprit.

Demandons au Seigneur d’être des enfants bien-aimés du Père comme il l’est lui-même et d’être des chemins pour nos frères. Nous ressemblerons à Dieu et nous chanterons sa louange avec la joie même du Christ. Amen !

(Extrait du livre : La puissance de l'amour de Dieu dans sa Parole. Homélies, année C. Parole et Silence )

 

 

 

 

[Accueil] [Prier par son intercession] [Récollection-Pèlerinages] [Ecrits, Etudes] [Une vie pour Dieu] [Lire la Parole]


© 2003, L'Association "Père Marie-Joseph le Guillou o.p."